Slay de Brittney Morris – Revue

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture
couverture slay de brittney morris

J’ai refermé Slay de Brittney Morris et waouh, quelle découverte. Un pur voyage littéraire dans un monde incroyable, tant ancré dans le monde réel que celui des jeux vidéos.
Une semaine où chaque jour, j’avais hâte de retourner au livre, de suivre ma reine noire Émerald dans ce combat, sa volonté de faire de Slay, son jeu vidéo, un endroit inclusif qui célèbre l’identité noire dans toutes ses complexités.
La phrase est très longue, j’avoue. Mais vous avez l’habitude.

Alors Slay de Brittney Morris, de quoi il s’agit ?

Couverture de Slay de Brittney Morris
Slay de Brittney Morris

De jour, Kiera Johnson, dix-sept ans, est une étudiante brillante, une tutrice de mathématiques et l’une des seules élèves noires du lycée Jefferson. Mais à la maison, elle rejoint des centaines de milliers de joueurs noirs qui s’affrontent dans le monde entier avec le jeu de cartes en ligne multijoueur secret, SLAY. Personne ne sait que Kiera a développé ce jeu, pas ses amis, sa famille, ni même son petit ami, Malcolm, qui pense que les jeux vidéo sont en partie responsables de la « chute de l’homme noir ».
Mais lorsqu’un adolescent de Kansas City est assassiné à propos d’un différend dans le monde de SLAY, les nouvelles du jeu parviennent aux médias grand public et SLAY est qualifié d’endroit raciste, d’exclusion et de violence pour les voyous et les criminels. Pire encore, un troll anonyme s’infiltre dans le jeu, menaçant de poursuivre Kiera pour « discrimination anti-blanc ».
Désireuse de sauver le seul monde dans lequel elle peut être elle-même, Kiera doit préserver son identité secrète. Mais peut-elle protéger son jeu sans se perdre dans le processus ?

Le résumé plante très bien le décor, sans toutefois en dire trop, ce qui est très bien.
Au lieu d’en refaire un autre au risque d’en dire plus que nécessaire, je vais plutôt vous partager mes sentiments par rapport à ce livre.

J’ai vu passer Slay tellement de fois sur Booksta. Et avec que des avis positifs. J’étais très intriguée donc et curieuse de le lire pour me faire mon propre avis.
Lorsque ma demande a été validée par la ME sur NetGalley, quelle joie ce fut !
Je n’y croyais pas beaucoup, mais très heureuse de m’être jetée à l’eau.

Alors Slay, pourquoi devriez-vous le lire ?

Slay est un vrai processus de remise en question, de quête de soi, de son identité culturelle.
J’ai aimé comment l’autrice a abordé chacun de ses thèmes. Ce n’était nullement une seule manière de pensée rigide qui dictait des règles de ce que devrait faire ou ne pas faire telle ou telle personne noire. Loin de là.
On a une vue 360°, si je puis le décrire ainsi, avec des personnages, qui chacun dans leurs rôles font de Slay un monde pas si différent du nôtre. Avec ses réalités, ses atrocités, mais ses beautés aussi.

Slay est un jeu vidéo. Et pas n’importe lequel. Un jeu conçu par une adolescente noire non pour montrer un certain élitisme noir, mais présenter au monde la richesse et la complexité de la culture noire.
L’univers ou plutôt les univers du jeu sont très bien détaillés. À chaque scène, c’était tellement bien décrit qu’on s’y croirait.
Je me rappelle encore du tout premier combat dans Slay où j’avais l’impression de voir l’arène s’ériger en face de moi.

Les notes de bas de pages à la fin des chapitres permettent de comprendre le contexte d’écriture de l’autrice, le choix des mots. Cela aide à mieux comprendre la démarche d’écrire et mieux saisir le sens à attribuer au mot ou à l’expression.

L’inclusivité est permanente. Ce n’est pas utilisé comme un effet de style, mais plutôt une démarche qui s’est ressentie tout au long de l’œuvre.

On parle d’appropriation culturelle évidemment, et sur ce volet, j’ai beaucoup apprécié comment c’est abordé.
On retrouve une jeune fille lasse d’être devenue la référence dans son école parce que l’une des deux seules filles noires au milieu d’une centaine d’étudiants.es blancs.hes.

Une jeune fille qui doit quand même faire attention sous peine de voir ses propos déformés ou encore sortis de leur contexte. C’est d’ailleurs pour cela que Slay existe. Pour qu’elle ne soit pas la porte-parole des personnes noires du monde entier, mais plutôt un monde où elle se contente d’être elle.

J’ai beaucoup apprécié la réflexion autour de ce livre et des thématiques qu’il soulève.
Je ne vis pas les mêmes réalités ni ne suis dans le même environnement que Kiera, mais c’était vraiment édifiant pour moi de découvrir et de pousser mes questionnements vers des points que j’ignorais. Et, il y en a beaucoup.

Lisez Slay. Pépite.

7 raisons de lire Slay de Brittney Morris

Si je devais brièvement résumer les raisons pour lesquelles lire Slay de Brittney Morris, ce serait :

  1. Le jeu
  2. Les thèmes abordés
  3. Le développement des personnages
  4. L’intrigue
  5. La richesse culturelle de l’œuvre
  6. Le style d’écriture
  7. Tout.

Je le redis encore, lisez Slay. Un livre d’utilité publique !

Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus