On ne meurt pas d’amour, à moins que si.

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture

On ne meurt pas d’amour … Je sors de cette lecture complètement chamboulée. J’ai l’impression de voir toute ma vie défiler. Ma vie amoureuse surtout.

On ne meurt pas d’amour … Peut-être. Peut être pas. Qui sait au final ?

On ne meurt pas d’amour est le titre du livre que je viens à peine de finir. J’ai les mains qui tremblent, je me demande comment y mettre des mots justes, des mots adéquats. Comment y mettre les mots qu’il faut ?

J’ai commencé ce livre il y a quelques semaines. L’écriture m’avait directement plu. C’était différent, comme il faut. En tout cas pour moi dès les premières pages ça a été le coup de cœur. Je suis tombée amoureuse de cette écriture qui permet de vivre l’histoire, pas comme une simple spectatrice mais comme un personnage.

J’ai lu avec frénésie, hâte, passion. Mais au final, j’ai quand même arrêter ma lecture. Parce que je traversais une période pas adaptée. Pas adaptée à avoir le cœur brisé. Parce que je le savais. Ce livre allait me briser. Je l’ai donc laissé là un moment.

Je m’y suis remis hier soir. Et je ne l’ai plus lâché. J’ai continué ce matin parce qu’hier, il fallait dormir.

On ne meurt pas d'amour roman couverture

On ne meurt pas d’amour… C’est le genre de livre qui vous ébranle. Une histoire qui ébranle vos convictions.

C’est l’histoire d’un amour torturé, d’un amour impossible. C’en est presque une tragédie. C’est l’histoire d’un amour qui ne peut être vécu.
Elle est mariée, planifie d’avoir un enfant avec son homme. Il est marié, a une fille avec sa femme.

Ils n’ont pas à être ensemble, à vivre dangereusement, à s’aimer à la folie, à s’aimer passionnément.
Pourtant c’est ce qu’ ils feront. Exactement ça. Et beaucoup plus.
Elle l’aura dans la peau. Il ne pourra vivre sans elle.
Ils vont alors tromper le monde autour juste pour quelques minutes, quelques heures. Juste pour toujours passer un peu plus de temps ensemble.
Mais à quel prix ?

J’ai tourné avec frénésie chaque page de ce livre. Je ne me serait pas tourné d’emblée vers On ne meurt pas d’amour. Cela prouve qu’on n’a pas tort de sortir des sentiers battus. Cette lecture me fait d’ailleurs penser à Quand la nuit devient jour – Sophie Joumain qui m’a fait passer par une multitude de sentiments.

Je vous recommande ce livre. Que puis-je faire d’autre d’ailleurs que de vous inviter à le lire ? Mais surtout à le sentir, à l’avoir dans la peau, et à vivre cette histoire.

Résumé :
Cela pouvait-il finir autrement ? Elle vient d’emménager avec son homme. Dans un grand loft blanc qu’ils ont retapé. Elle doit se marier au mois de juin. La date est bloquée sur le calendrier de l’entrée. Il va emménager avec sa femme et sa petite fille au deuxième étage du bâtiment B. Les travaux sont presque terminés. Ils se croisent pour la première fois un dimanche de novembre, sous le porche de l’entrée. Elle le voit entrer, il est à contre-jour. Elle sent son corps se vider. Il la regarde. Il a du mal à parler. Plus tard, ils se diront que c’est à ce moment-là que tout a commencé. Ils se diront qu’il était vain de lutter. Il y a des histoires contre lesquelles on ne lutte pas.

Nombre de pages : 208

Éditeur : Plon

Autrice : Géraldine Dalban-Moreynas

Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus