Ils étaient dix. Et il n’en resta aucun.

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture


Vous rêvez de vacances dans un endroit fabuleux et confortable ? Ça tombe bien. Le livre nous embarque sur l’île du Soldat. Île appartenant selon les rumeurs à un riche couple, ou selon d’autres rumeurs à une célébrité hollywoodienne.

Néanmoins on s’entend tous sur le fait que passer ses vacances à cet endroit serait vraiment relaxant et merveilleux : l’occasion rêvée.

C’est exactement ce qu’ont pensé nos dix personnages quand ils reçurent la fameuse lettre. La mystérieuse invitation et l’offre de travail en prime pour certains. Le destinataire est inconnu? Qu’à cela ne tienne. On embarque.

Premier soir, premiers drames.

Point d’hôte en vue mais plutôt une voix qui s’élève au milieu du dîner… Une voix qui les accuse tous, eux les dix convives de dix meurtres dont ils se sont personnellement rendu coupable des années auparavant… Des meurtres restés impunis.

L’atmosphère est plombée. Certains s’invectivent, se justifient, d’autres crient à la mauvaise blague.

Sauf qu’au matin, lorsqu’on retrouvera le corps sans vie de Anthony James Marston, chauffard de la pire espèce, accusé d’avoir tué le 14 Novembre deux enfants, la panique s’emparera de tous.

Qui est-il donc ? Ce « justicier » doté d’un esprit si machiavélique qu’il s’applique à punir ses victimes en suivant scrupuleusement une comptine pour enfant ?


La première lecture m’a laissé pantoise. J’étais décontenancée, je n’arrivais pas à comprendre. Alors je l’ai relu.

J’ai ressenti les mêmes émotions, ressenti cet atmosphère pesant, cette peur d’être le prochain à mourir et cette insécurité de savoir que le voisin de la chambre d’en face pourrait être le meurtrier.

Le style de l’auteur n’est pas du genre à s’encombrer de bagatalles. Tout est précis, soigneusement mené. La lecture est fluide, prenante et très addictive.

Je ne pouvais me résigner à déposer le livre tant que je n’étais pas arrivée à la dernière page.
On n’a pas vraiment le temps de s’attacher aux personnages…ils meurent trop vite.

L’autrice a réussi à rendre ce livre vivant malgré les préjugés macabres qu’on pourrait lui attribuer.
Je le relirai (encore et encore) avec le même empressement et la même avidité. On ne capte jamais tout.

Chaque lecture apporte une information nouvelle, une nouvelle compréhension du livre.
C’est un coup de coeur (pour toujours).

Informations sur le livre :

Titre : Dix petits nègres nouvellement baptisé en Ils étaient dix

Autrice : Agatha Christie

Nombre de pages : 224

Ils sont dix à avoir reçu l’invitation : des vacances d’été sur l’île du Soldat ! Voilà une proposition à laquelle personne ne saurait résister. Non seulement c’est gratuit, mais l’île a tant fait parler d’elle ! Chacun se demande qui est son nouveau propriétaire – une star d’Hollywood, un milliardaire américain, ou l’Amirauté britannique qui s’y livrerait à des expériences ultrasecrètes ? Aussi, sans vraiment connaître leur hôte, ils accourent volontiers : le médecin, le play-boy, la jeune prof de gym, le juge à la retraite, le général bardé de décorations, la vieille fille grincheuse, le sémillant capitaine, le majordome et sa femme, et M. Davis qui ne s’appelle pas Davis… Qu’ont-ils donc en commun ?

À l’arrivée, cela dit, un par un, tous connaîtront le même sort…


Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus