Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier de Gary Chapman

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture
ce que j'aurais aimé savoir avant de me marier couverture

Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier : « Nous sommes les fruits ou produits de la société que ce soit par l’entourage, la télé, les habitudes, … Mais aussi des produits de nos parents. On recopie leurs fautes sans nous même nous rendre compte que ce sont des fautes. On ingurgite des comportements et habitudes qui conviennent quand on a peut-être 7 ans, mais qui sont clairement déplacées, voire vexantes lorsqu’on devient adulte et qu’en plus on est en couple >>

Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier : le guide de vie.

ce que j'aurais aimé savoir avant de me marier couverture
Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier

Certaines choses paraissent des évidences quand on les lie, mais quand on superpose à sa vie, il est facile et même courant de voir comme on a déjà été pris au piège et pas qu’une ou deux fois.
On ne se rend pas compte, mais tellement pas de tout ce qu’on fait de mal et qui en temps normal ne devrait. Et ce sont des choses qui créent des frustrations, des disputes, … On essaie de régler une dispute, mais en réalité la cause est plus profonde et se retrouve ailleurs et tant qu’on n’a pas mis le doigt dessus, des malentendus, il y en aura toujours. Eh bien trop souvent, ce sont des choses qui amènent facilement à une rupture.

Grâce aux exemples, j’ai pu facilement me projeter dans ce roman et comprendre davantage ce qui clochait, l’origine du problème et comment trouver une solution réellement efficace.

C’est vraiment un travail sur la durée. Un travail sur soi, pour soi, mais aussi pour l’autre.
C’est très facile de tomber dans les travers quand on a déjà été habitué à un autre schéma cela depuis des années.

Exemple du père qui ne demande pas pardon, et du fils qui fait pareil. Ou encore de celui qui dit juste je suis désolé, mais que le partenaire en face s’attend à plus

Bien qu’il soit concentré mariage, je pense que ce livre peut aussi aider dans toute relation et permettrait ainsi d’avoir des amitiés plus saines.

Ce que j’ai aimé dans  »Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier de Gary Chapman »

Le livre ne va pas juste se baser sur de pseudos exemples ou rester dans l’abstrait.
Des conseils réellement concrets sont donnés à chaque chapitre. Chaque chapitre traite d’un sujet ou plutôt d’un problème différent.

On aura donc un réel accompagnement sur quoi faire exactement, quelles actions menées pour résoudre le problème évoqué.
On comprend l’origine, le pourquoi et aussi le comment. Et c’est très bien. On n’a pas affaire avec les gourous aux innombrables suppositions et aux conseils abstraits, inutiles.

Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier est un livre ponctué d’exemples vrais issus de ses élèves, participants de conférences. Mais aussi de l’expérience personnelle de l’auteur. Le livre aide à déconstruire beaucoup de mythes. Par exemple le célèbre  »Un vrai homme ne pleure pas » ou encore « Si on n’a pas oublié, c’est qu’on n’a pas pardonné ».

Autre point que j’ai apprécié qu’on mette la prière au centre de tout. Je suis croyante donc bien sûr, ça me parle. Il ne s’agit pas ici de faire du tort à son partenaire et d’aller demander pardon à Dieu.
Non loin de là et heureusement. Mais de prier pour que Dieu nous assiste, nous aide à faire de meilleurs efforts, … Un passage qui résonne en moi : Le pardon ne restaure pas automatiquement la confiance

Un mari avait demandé pardon à sa femme après lui avoir été infidèle. Lors d’un entretien, cette dernière m’a dit: «Je pense que je lui ai pardonné, mais je ne lui fais pas confiance. Je me pose donc la question de savoir si je lui ai réellement pardonné.»

Le fait est que le pardon ne restaure pas automatiquement la confiance qui a été brisée. Car la confiance, c’est quelque chose d’instinctif : vous savez au plus profond de vous-même que l’autre est intègre et que vous pouvez compter sur lui. Il est bien utile de lire tout le passage pour saisir tout le message, mais revenons sur la phrase qui m’a fait tilt. La confiance a toujours été vendue comme quelque chose qui découle de nombreuses expériences, voire épreuves et tests. Et c’est sans doute vrai d’ailleurs.
Raison pour laquelle je n’ai jamais compris comment j’étais arrivée à avoir une confiance quasi absolue ou plus sincèrement une confiance absolue en une personne que je ne connaissais pas tellement et avec laquelle je parlais rarement. Pourtant, des gens avec lesquelles je traîne depuis toujours j’ai envie de dire, il subsiste encore une part de doute dans relativement tout.

Puisque je semblais loin du cheminement de la confiance, j’avais fini dans le déni : ce n’était pas de la confiance que j’avais. Mais sûrement quelque chose que je n’arrivais pas encore à situer. Cette phrase remet un peu les pendules à l’heure et me « confronte » d’une certaine manière à la réalité qui n’a cessé d’être mienne. Lorsque la confiance est brisée, demander pardon ne restaure pas d’emblée la confiance. Non. Quelque chose a été brisé et à notre bon vouloir ou non, les choses ne seront plus jamais pareilles. Dans le bon ou le mauvais sens.

J’aurais aimé savoir que si l’acte conjugal a lieu sous la contrainte de l’un des deux époux, il cesse d’être un acte d’amour et devient un abus sexuel.

Très contente de lire ce passage.

Passage complet : Quatrièmement, j’aurais aimé savoir que si l’acte conjugal a lieu sous la contrainte de l’un des deux époux, il cesse d’être un acte d’amour et devient un abus sexuel. Le véritable amour cherche toujours à donner du plaisir à l’autre. Il n’exige jamais quelque chose que l’autre trouve désagréable. Si le mari et la femme ne sont pas d’accord sur une expression sexuelle particulière, il faut qu’ils en parlent. Et s’ils ne parviennent pas à s’entendre, alors l’amour doit respecter le désir du partenaire qui refuse. En violant ce principe, on empêche l’épanouissement sexuel du couple.

Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier est un livre vraiment très intéressant et qui mérite toute la hype autour. Lisez-le.

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager à un.e ami.e. Cela pourrait lui être utile pour sortir d’une panne de lecture. Comme je le dis, on n’en a jamais assez. Vous pouvez également me laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir… Je me sentirai moins seule. Merci beaucoup pour le temps que vous prendrez. Much love (yes, i’m bilingual) (c’est faux, mais faites genre).

Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus