Campus Drivers tome 1 : SuperMad

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture

Campus drivers tome 1 : Rien, absolument rien ne prédisait que je lise ce roman. Tout était contre en réalité. Et non, ce n’est nullement à cause du fait que ce soit une romance (j’adore les romances) mais la simple et évidente raison que c’était le premier tome d’une saga. Et les sagas et moi… Ça fait 93837288347.

Pourquoi j’ai alors craqué ? À cause de la propagande de Tatiana aka @ideesalire sur Instagram. Elle est une lectrice stricte (en vrai elle n’aime qu’une poignée de livres). Donc qu’elle recommande un livre qui est une romance alors qu’à la base elle n’est pas trop fan du genre, comment vous dire… Il n’y avait pas lieu d’hésiter.

Alors, de quoi il s’agit ?

campus drivers tome 1

Informations bibliographiques
Titre : Campus drivers – tome 1 : Supermad
Auteur : C. S. Quill
Éditeur : Hugo Roman
Nombre de pages : 469

Résumé

L’année universitaire qui débute promet d’être radieuse pour Lane O’Neill. Campus Drivers, l’application qu’il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à cœur de ne jamais décevoir leur clientèle.
Lane n’a qu’un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s’attache pas. Jamais. Dès qu’il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu’on lui fiche la paix.
Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer ?

Je me suis attendue à un roman de qualité, enivrant voire exquis et soyez certain, il rempli parfaitement toutes ces fonctions. Ce que je n’avais, par contre, pas prévu est cet humour sans faille des personnages.

Je crois que de tous mes souvenirs de lectrice, je n’ai jamais autant ri au cours d’une lecture. J-A-M-A-I-S.

Les personnages sont drôles, le clan des chauffeurs forme un quarto absolument incroyable.

On suit donc Lane qui cherche désespérément (ou pas d’ailleurs) à se débarrasser de cette colocataire qui n’arrête de pioncer sur son canapé. Il a eu un élan de bonne action mais plus les jours passent, plus il semble regretter son geste. Surtout que depuis que Lois traîne dans son sillage, il ne peut ramener aucune conquête chez lui… Enfin, techniquement.

Tout au long du roman, on va apprendre plus à connaître les Campus Drivers et mon dieu qu’est ce qu’ils sont drôles ! Leurs interactions sont justes épiques. J’ai piqué mes meilleurs fous rires tout au long du roman.

La romance n’est vraiment pas le point central de l’œuvre. Et ça, j’ai clairement adoré. L’autrice prend vraiment du temps à développer ses différents personnages, aussi bien principaux que secondaires.

Lesdits personnages sont juste ouf et hyper hilarants. Oui, je reviens constamment sur ce point : cette romance n’a rien de commun avec les autres.

Notre fameux couple Loïs-Lane prend le temps de s’installer. Ils apprennent à cohabiter, à se connaître. Rien n’est brusqué et lorsqu’enfin ils se retrouvent, c’est juste parfait.

J’ai adoré chaque page, chaque chapitre. Je ne voulais d’ailleurs pas arriver à terme tellement j’étais accro.

Le couple Loïs-Lane est juste parfait.

J’ai aimé Loïs dans son désir de se battre et même de changer radicalement pour plaire. Je l’ai surtout comprise car à un moment ou un autre et surtout lorsque l’on a aucune confiance en soi, on se retrouve très vite à vouloir se modeler pour correspondre aux attentes des autres.

Le plus important est de retrouver un chemin dans lequel on s’affirme, on se sent bien dans sa peau et on veut surtout plaire à soi-même. Ce n’est clairement pas facile et cela n’arrive pas du jour au lendemain.

Ce fut vraiment très agréable de voir que l’autrice n’a guère bâclé son travail, et a minutieusement réussi à créer un personnage féminin hors des clichés qu’on rencontre trop souvent et à laquelle on peut facilement s’identifier.

Lane quand à lui m’a chamboulé autant le cœur que l’esprit. Cette douleur de son passé, le voile ou même le spectre de culpabilité qu’il traîne à tort. J’ai apprécier son désir d’aller de l’avant, de faire son deuil.
Son désir de passer à autre chose sans pour autant que ça signifie qu’il ait oublié.

Lisez Campus Drivers. Je vous assure que vous ne serez pas déçu.
J’ai d’ailleurs fait une propagande auprès de mes amis, surtout auprès de Scal dont la chronique arrive très prochainement. Dès qu’il la publie vous pourrez retrouver le lien juste ici :

En attendant, je vous prie de lire Campus Drivers. Moi je vais saliver sur le tome 2.

5 Commentaires

Campus Drivers tome 2 : Bookboyfriend – Murielle Bouquine 18 décembre 2020 - 18:15

[…] Faites les choses dans l’ordre les gars.Je suis gentil je vous mets le lien juste ici : Ma superbe chronique du super roman de la superbe autrice. (bon […]

Répondre
Prude à Frange – C. S. Quill – Murielle Bouquine 18 décembre 2020 - 18:18

[…] par la superbe trilogie Campus Drivers que vous devez au passage lire parce que c’est une pure pépite (même les gens non attirés […]

Répondre
49 jours je compterai pour toi – Murielle Bouquine 18 décembre 2020 - 18:28

[…] de l’autrice. Si vous ne connaissez pas encore la série Campus Drivers je vous invite à lire cet article où j’en parle. Vous risquez […]

Répondre
Campus Drivers tome 2 : Bookboyfriend - Faites entrer le livre 11 décembre 2021 - 21:26

[…] Ma chronique du tome 1 […]

Répondre
Campus Drivers tome 3 : Crashtest - Faites entrer le livre 6 février 2022 - 10:56

[…] : N’oubliez pas de procéder par ordre. Vous devez d’abord lire ma chronique du tome 1 Campus Drivers tome 1 : SuperMad et idéalement le livre, ensuite ma chronique du tome 2 Campus Drivers tome 2 : Bookboyfriend et le […]

Répondre

Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus