49 jours je compterai pour toi

Par Murielle Kannayi
10 mins Lecture

J’ai commencé ce roman car j’avais lu Campus Drivers et désirais découvrir les autres romans de l’autrice. Si vous ne connaissez pas encore la série Campus Drivers je vous invite à lire cet article où j’en parle. Vous risquez d’adorer.

49 jours je compterai pour toi. J’avoue m’être attendue à une histoire d’amour. Enfin, c’est bien une histoire d’amour mais sans les strass et les paillettes.

Résumé

1… 2… 3… Chaque matin, depuis qu’elle a rencontré Sawyer Hall, Breen inscrit un nouveau chiffre dans sa paume. Le compte à rebours est lancé, comme la fuite inéluctable du temps qu’elle voudrait pourtant maîtriser. 15… 16… 17… Breen souhaiterait pouvoir retenir les jours qui filent pour profiter des sentiments qui refont enfin surface. Mais elle le sait, son coeur ne cesse jamais de compter. 47… 48… 49… Alors qu’elle ne sait pas aimer plus de 49 jours, Sawyer sera-t-il celui qui libérera son coeur ?

Le début m’a laissé dubitative. Je ne sais pas si c’est trop rapide ou au contraire comme il faut. L’alchimie entre Breen et Sawyer est très (trop ?) instantanée. Peut on arriver à un tel point de dépendance envers une personne rencontrée il y a quelques heures et avec laquelle on a échangé à peine quelques mots ?

Un peu déroutée par ce début, j’ai néanmoins continué ma lecture. On va suivre Breen, complètement anéantie par son passé dans cette nouvelle relation avec Sawyer. Elle dont le cœur ne peut aimer que pendant 49jours. Le compte à rebours est donc lancé.

Les chapitres alternent entre présent et passé et aidé ainsi à mieux comprendre la douleur de Breen et sa peur d’aimer. Mais malheureusement je n’ai pas pu m’accrocher au personnage de Breen.

Naturellement, j’ai été très touchée par sa peine et tous ces combats qu’elle mène. Mais justement c’est par rapport à cela que je me suis sentie « seule ». Je n’ai pas pu m’attacher car tout au long de l’histoire, j’ai été comme une étrangère, une simple passante qui observait de loin alors que je voulais tellement plus.

Ce n’est que quelques chapitres avant la fin qu’on apprend réellement sur ce drame qui a envoyé Breen dans des abysses. J’aurais aimé le savoir plus tôt afin de l’accompagner en quelque sorte dans ce combat, dans cette nouvelle vie qu’elle construit. Sur ce point, ce roman à été une petite déception ? pour moi.

J’ai aimé le personnage de Sawyer et cette joie de vivre qu’il apporte dans la vie de Breen. Bien que l’histoire d’amour ai démarré au quart de tour et qu’elle m’a laissé sur ma faim, on prend plaisir à suivre leurs petites randonnées romantiques, à apprécier leurs moments ensemble.

L’histoire de Breen est douloureuse, violente. Et si vous êtes sensible, prenez garde. On y parle de mutilation, de suicide, de deuil, de dépression.

De légères notes d’humour sont distribués ci et là rendant la lecture plus légère. Le style d’écriture est simple et on accroche bien. M’étant attendu à une romance dans la trempe de Campus Drivers, j’ai été beaucoup surprise par la douceur et la profondeur de ce roman. Ce fut une bonne découverte que je vous recommande.

Couverture

Informations à propos :

Autrice : C S Quill

Éditeur : Hugo Roman

Nombre de pages : 312

Laisser un commentaire

You may also like

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus